Comment (bien) négocier son salaire lors d’un entretien d’embauche ?

  •  
  •  
  •  
  •  

Il nous est tous arrivé de passer un, deux, trois… trente entretiens pour décrocher le job (accessible) de nos rêves. Mais ne nous leurrons pas non plus, seulement 5% des actifs français font le boulot de leur rêve (car ils l’ont trouvé sur Yupeek 🙂 ). Alors pour essayer de mieux faire glisser la pilule, nous nous consolons avec un salaire plus ou moins élevé. Mais comment négocier un salaire devant celui qui vous recrute sans passer pour quelqu’un qui ne pense qu’à l’argent ? D’autres, à l’inverse, sont terrifiés à l’idée d’aborder la question du salaire. Voici quelques conseils qui vous aideront à bien négocier votre salaire lors d’un entretien d’embauche.

En toi tu auras confiance :

Ne parlez pas prétention salariale sans que le recruteur ne vous pose la question en amont. Cela vous permet de voir la somme qu’il est prêt à associer à votre CV. Cela vous évitera également de vous emballer et vous permettra de comprendre les enjeux et les responsabilités du poste à pourvoir.

Vient à point qui sait attendre :

Un principe de base de négociation veut que celui qui s’exprime en premier soit le plus vulnérable. Souvent lorsque vous passez la première étape de la prise de contact, il vous faudra passer un deuxième voir un troisième entretien avant de finir derrière le bureau tant convoité. C’est alors au dernier entretien que le sujet sera abordé.

Les erreurs tu éviteras :

Nombreuses sont les erreurs à ne pas commettre… Vous serez forcément amener à parler de vos expériences antérieures. Ne faites pas grossir vos anciens salaires pour prétendre à beaucoup (par exemple un facteur n’a jamais gagné 80K/an). Ne demandez pas une somme précise mais belle et bien une fourchette pour permettre au recruteur d’entreprendre une démarche de négociation/discussion. Montrer vous arbitraire. Ne claquez pas la porte à la première déception, soyez compréhensif et montrez vous convaincant. Et enfin, ne montrez jamais que vous êtes en détresse financière au point de ne même plus pouvoir boire de bières après le boulot. Les recruteurs ne sont, de nature, pas sensibles à ce genre de requête.

Visionnaire tu seras :

Si jamais après tous ces conseils votre interlocuteur reste fermé à toute démarche de négociation, ne vous roulez pas tout de suite par terre. Il vous reste certainement une dernière chance. Montrez votre motivation, projetez-vous et mettez en avant votre valeur ajoutée. Projetez-vous dans les années à venir et voyez les perspectives d ‘évolution que peut vous offrir la boite. Qui sait, vous pouvez y entrer en tant que professionnel de la machine à café et en sortir par la grande porte.
Pour conclure, avant de vous lancer dans la négociation de votre salaire, gardez bien à l’esprit ces quelques règles, qui vous aideront à préparer vos arguments et mettre toutes les chances de votre côté. Si vous aussi vous avez connu une situation similaire à celle-ci, n’hésitez pas à partager votre point de vue avec nous et n’oubliez pas, l’avenir appartient à ceux qui se lève tôt.

 

Clément Voillot