Entretien : comment faire de vos défauts une force ?

  •  
  •  
  •  
  •  

On redoute tous la question, pourtant courante en entretien : « quels sont vos pires défauts ? ». Oubliez le classique et peu crédible « je suis trop perfectionniste »… Et voyons comment faire de vos vrais défauts une force.

Les 5 défauts qu’il faut éviter de mentionner en entretien et comment les rendre positifs :

Pour vendre ses défauts il faut choisir ceux qui ne vous mettront pas en mauvaise posture face à votre interlocuteur. Des tournures de phrases permettent de montrer que ces défauts vous apportent aussi du positif dans votre travail.

  1. « Je n’ai pas confiance en moi » 

Les recruteurs ne sont pas toujours de fins psychologues : avouer son manque de confiance pourrait être fatal à votre entretien. Ce défaut renvoie l’idée que vous n’êtes pas autonome et que vous avez toujours besoin des autres pour prendre des initiatives. Ce n’est pas ce que recherchent les recruteurs.

Dites plutôt : « Je suis timide », à cela vous pouvez ajouter que vous travaillez sur votre timidité pour qu’elle devienne un atout : vous savez faire preuve d’écoute et de compréhension envers vos interlocuteurs pour mieux répondre à leurs besoins.

  1. « Je n’ai pas l’esprit d’équipe »

En entreprise, l’esprit d’équipe est une qualité essentielle. En exposant ce défaut, vous risquez d’être perçu comme individualiste et donc un frein à l’avancée du travail du groupe.

Dites plutôt : « je suis solitaire dans le travail », justifiez ce défaut en ajoutant que vous savez aussi travailler en groupe mais que vous êtes plus efficace dans le calme pour vous concentrer. Cela montre à l’interlocuteur que vous pouvez intégrer son équipe et que votre autonomie vous permettra certainement de trouver des solutions que les autres n’ont pas.

  1. « Je suis trop franc » / « je suis trop franche »

Avoir de la franchise peut être une qualité selon l’interlocuteur et le poste que vous recherchez. L’utilisation du « trop » donne, en revanche, l’idée que vous ne réfléchissez pas toujours au poids de ce que vous allez dire. Parfois, c’est aussi le signe que vous ne prenez pas en compte la sensibilité des gens à qui vous parlez.

Dites plutôt : « Je suis spontané(e) », vous avez l’habitude de dire ce que vous pensez parfois sans réfléchir aux conséquences, mais cela vous permet de dénouer des situations avant qu’elles ne s’enveniment.

  1. « J’ai des difficultés avec la hiérarchie »

Votre recruteur cherche avant tout à savoir si vous pourrez vous adapter à l’équipe et à l’entreprise. Vous mettre dans la posture de quelqu’un qui ne peut pas respecter l’autorité sera éliminatoire pour un poste.

Dites plutôt : « je suis têtu(e) » et à cela vous pouvez ajouter que vous savez néanmoins reconnaître vos erreurs. Cela montre un esprit libre qui ne se laisse pas influencer par les autres. C’est aussi le signe que vous irez au bout de vos idées quelles que soient les difficultés.

  1. « Je suis autoritaire »

Le terme peut être perçue de manière très négative par les recruteurs. Travailler avec quelqu’un qui ne sait pas doser son autorité et qui ne laisse pas ses collègues prendre des initiatives peut vite devenir un cauchemar.

Dites plutôt : « J’aime avoir le contrôle » mais ajoutez que vous réussissez à ne pas empiéter sur les libertés des autres car vous savez que cela peut freiner une équipe. C’est aussi une manière de montrer que vous ne laisserez passer aucun défaut et que votre travail sera le meilleur possible.

Vous êtes maintenant prêt à vous présenter devant les recruteurs. N’oubliez pas qu’un entretien sert à cerner votre personnalité, donc ne mentez pas à votre interlocuteur, vous serez d’autant plus heureux d’être embauché pour ce que vous êtes. Pour trouver le job, l’alternance ou le stage de vos rêves et éblouir les recruteurs avec vos meilleurs défauts, rendez-vous sur Yupeek !

Jeanne C.