« Quels sont vos défauts ? » Comment ne pas tomber dans le piège en entretien.

  •  
  •  
  •  
  •  

Si vous cherchez un emploi, un stage ou une alternance, ce dictionnaire des « défauts-qualités » va devenir un ami fidèle. Vous trouverez ci-dessous une liste des défauts "positifs", ce qu’ils signifient et comment ils seront perçus par votre interlocuteur.

La question piège

« Quels sont vos défauts et vos qualités ». Tout le monde a déjà été confronté à cette question en entretien. Et bizarrement, il nous est beaucoup plus facile d'énumérer nos incroyables qualités que nos défauts...  C’est souvent à ce moment qu’on fonce la tête la première dans le piège tendu par le recruteur ! On pense : "Je suis un flemmard, mais je ne peux pas lui dire ça !" ou encore "Je suis tout le temps stressé, mais ca ne va pas jouer en ma faveur de le dire". Du coup, on se met à chercher un défaut qui peut nous mettre en avant, un « défaut-qualité ». Et c'est alors qu'arrive le fameux, le légendaire, le mythique "je suis perfectionniste".

Autant vous dire que si l’entretien n’était basé que sur cette question, le recruteur ne reviendrai sûrement pas sur votre profil. Heureusement, on a pensé à vous : la liste suivante pourrait vous être très utile pour répondre à la fatidique question des "défauts". 

Les défauts dont vous serez fière

« Je suis obstiné(e) / déterminé(e) »

Synonyme de perfectionniste, oui, mais pas perfectionniste. Une autre façon de le dire qui convaincra davantage. Être obstiné montrera au recruteur que si vous rencontrez un problème dans votre travail, vous irez jusqu’au bout, vous chercherez des solutions et ne baisserez jamais les bras avant d'y être parvenu.

« Je suis bavard(e) »

blablaÊtre trop bavard, c’est parler au point de devenir lourd aux yeux de l’entourage. Mais être simplement bavard c’est être sociable et être sociable c’est savoir s’intégrer, travailler en équipe et être dynamique : des points forts attendus dans à peu près 100% des entreprises. Vous pourrez rassurer le recruteur en disant que même si vous êtes bavard, vous avez une bonne capacité d’écoute.

 

« Je suis lent(e) »

lentOn pense souvent que dans un monde où tout va très vite, il est primordial de suivre le même rythme. Faux. Être lent montre que vous êtes méticuleux, que vous ne foncez pas tête baissée dans une action pour l’achever le plus vite possible. Rapidité n’est pas synonyme d’efficacité. En étant lent vous apportez une importance à chaque tâche et évitez des erreurs que les plus rapides auraient sûrement faites.

 

« Je suis impatient(e) »

En opposition à la lenteur, dire que vous êtes impatient montrera que vous êtes motivé dans le projet et impatient d’en voir les résultats donc très investi. Attention de bien préciser au recruteur que vous vérifiez constamment votre travail pour éviter toute erreur. Cela montrera que vous ne vous précipitez pas dans vos missions.

« Je suis timide/réservé(e) »

Être réservé n’est pas un défaut, mais en entreprise c’est souvent considéré comme tel. Attention, vous ne pouvez pas le dire dans toutes les situations. Pour certains emplois où le contact avec l’autre est au centre des missions (commerce, communication) il pourrait être rédhibitoire. En revanche, si vous candidatez pour un poste où vous travaillez seul et êtes autonome dans vos missions, il peut être un véritable atout. Il montrera à l’employeur que vous êtes une personne calme et que vous ne vous laissez pas distraire.

« Je suis autoritaire » ou « j’ai un fort caractère »

À l’inverse d’une personne réservée, quelqu’un d’autoritaire aura tendance à marcher sur les autres ou à imposer ses idées. Montrer que vous êtes une personne autoritaire peut s’avérer efficace pour un poste à hautes responsabilités, en précisant toutefois que vous avez aussi une grande qualité d'écoute. Ce « défaut-qualité » montrera que vous êtes un leader et que vous savez gérer une équipe. Attention, il est évident que si vous n’êtes absolument pas autoritaire et que vous avez tendance à parler tout bas, le recruteur doutera totalement de votre crédibilité.

« Je suis méfiant(e) » ou « je suis observateur(-trice)»

Ces deux défauts, bien justifiés, peuvent devenir de vrais atouts aux yeux du recruteur. Ils montrent que, lorsque vous vous retrouvez dans une nouvelle situation (nouvel emploi ou une nouvelle mission), vous analysez bien ceux-ci afin de vous y sentir au mieux et d’éviter tout faux pas.

 
 

Finalement, à part le cliché du « perfectionniste », vous pouvez parler du défaut que vous souhaitez. Il faudra simplement savoir le justifier afin de le tourner à votre avantage. Pas de panique, tout est dans la préparation. Bon courage !

Laure Guigue